• Voile islamique et burqa : la loi est-elle nécessaire ?

    Voile islamique et burqa : la loi est-elle nécessaire ?

    Hadrat Mirza Masroor Ahmad, cinquième Calife de la communauté Islamique Ahmadiyya, prononça le 20 mars 2010 un discours ayant pour thème la paix mondiale dans lequel il a aussi évoqué la loi que certains pays européens envisagent d'imposer pour interdire le port du voile ou de la burqa. Ci-dessous est un extrait du discours.

    Depuis quelques années, le hijab, ou voile islamique, est devenu l’objet d’une grande polémique en Europe. En France, un profond sentiment d’opposition s’est développé, et la classe politique considère sérieusement l’introduction d’une législation visant à une interdiction partielle du hijab ou de la burqa. Suivant l’exemple de la France, des politiques des autres pays européens, motivés par leurs ambitions électorales, soutiennent une telle interdiction ; et c'est là encore un autre moyen pour blesser les sentiments des musulmans.

    Si on réfléchit à ce sujet, on a du mal à identifier le problème réel qui est posé par le voile, et comment il peut être perçu comme une menace pour les états européens. Porter un manteau et un foulard qui couvre la tête et le menton est présenté comme un crime si grave, qu’il justifie une session extraordinaire du parlement pour voter une loi l’interdisant. Si les femmes n’ont pas le droit de porter de foulard sur la tête, pourquoi les hommes auraient-ils le droit de porter des casquettes et des bérets?

    Récemment un journal a publié une caricature dans laquelle une femme portant le voile se tenait à coté d’un homme portant un béret. L’homme disait à la femme « pas de burqah » et la femme lui répondait « pas de béret ».

    Cette situation tourne au sarcasme. Toutefois, ceux qui détiennent les rênes du pouvoir exécutif et législatif ne devraient pas interférer dans ce genre de situations et doive faire preuve de bon sens. Devraient-on passer des lois contre les femmes juives ou chrétiennes parce qu’elles portent un vêtement religieux. Si des interdictions sont imposées aux musulmans, les pays musulmans pourraient imposer, à leur tour, des restrictions similaires sur certains vêtements occidentaux. Cette situation pourrait avoir un effet boule de neige et menacer la paix du monde.

    Bien entendu, si un vêtement dissimule l’identité d’une personne et qu’il est nécessaire de l’enlever pour s’identifier, l’état ou les autorités ont tout à fait le droit de l’exiger. Mais doit-on pour autant interdire à une femme de voyager parce qu’elle porte un hijab, ou encore refuser de soigner dans un hôpital une personne mourante parce qu’elle porte un voile?

    Prenons l’exemple d’une jeune musulmane, intelligente, première de sa classe, loyale envers son pays et qui l’aime profondément. Même si elle souhaite contribuer au progrès national par son travail, elle n’aura pas le droit à l’éducation parce qu’elle a fait le choix de porter un foulard. Non seulement une telle loi est une atteinte à ses droits fondamentaux de citoyenne, mais c’est aussi un gaspillage de talent et une grande perte pour le pays.

    Cette loi n’est pas encore passée en Allemagne, mais il y a des arrêtés municipaux qui permettent aux écoles d’imposer cette interdiction. Il y a de nombreux exemples de jeunes filles musulmanes ahmadies qui travaillent très bien à l’école et auxquelles on refuse pourtant le droit à l’éducation.

    Le talent de la nation et l’avenir du pays sont compromis simplement parce qu’une fille musulmane veut servir son pays mais aussi pratiquer sa religion de son plein gré. On lui refuse ses droits simplement parce qu’elle porte un morceau de tissus sur la tête.

    Si c’est un crime, alors pendant l’hiver les européennes qui se couvrent la tête avec des écharpes devraient aussi perdre leurs droits. Cela donne matière à réfléchir. Pourquoi devient-on un criminel si on porte un mètre d’étoffe sur la tête et comment le fait de le porter peut justifier de perdre ses droits fondamentaux.

    Les gouvernements démocratiques revendiquent dans leurs constitutions la défense des droits inaliénables des individus. Interdire le port du voile est-il un moyen pour unir les nations ou pour développer le respect et la compréhension entre les différents peuples ? Une personne juste et honnête ne pourra que s’opposer à une telle loi car elle élève des barrières encore plus hautes entre les peuples et sape la paix mondiale.


    www.islam-ahmadiyya.org

    Pin It

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :